DANS LE 15e PETITE CHRONIQUE DES ANNÉES 1900

 LES ANNEES FOLLES A MONTPARNASSE 1920-1929

Après la première guerre mondiale, de 1920 à 1929, Paris connaît dix années d’effervescence et de libération totale : révolution culturelle et sociale, libération sexuelle, surtout pour les femmes. Paris devient alors le lieu de toutes les avant-gardes artistiques françaises et internationales. La fête est le mot d’ordre. Dans le 15 et le 14e, c’est au Dôme, la Coupole, au Select, à la Rotonde ou à la Closerie des Lilas, brasseries bon marché de Montparnasse, que se retrouve un monde cosmopolite, André Breton, Foujita, Brancusi, Modigliani, Picasso … Les américains fuyant la prohibition arrivent à Montparnasse, Man Ray, Joséphine Baker, Gertrude Stein, Ernest Hemingway … La crise économique de 1929, provoquée par le krach de Wall Street mettra fin à cette période d’insouciance et de créativité exceptionnelle.

https://www.ina.fr/video/I16097626/ La Coupole - Des racines et des ailes 2004

 

KIKI DE MONTPARNASSE

    1921 : Kiki de Montparnasse devient la compagne et le modèle préféré de Man Ray, photographe américain qui trouve son physique « de la tête aux pieds, irréprochable ».

Arrivée à Paris en 1913, Alice Prin deviendra Kiki de Montparnasse, l’égérie des années 20 à Montparnasse, s’installe rue Carcel dans le 15e, elle posera et aura de multiples relations avec les peintres de Montparnasse et de la Ruche, notamment Modigliani, Kisling, Soutine qui l’accueille ou Foujita de la Cité Falguière ou Maurice Menjisky.

Kiki, photo Man Ray, 1921

Kiki, photo Man Ray 

Violon d’Ingres, 1924 

Kiki, Foujita, 1925

LA MODE EN 1921

Une forme droite, longiligne, est un élément très distinct du style des années 1920. Les femmes, libérées du carcan du corset, adoptent une silhouette androgyne et portent des robes avec une taille très basse. Le mot d’ordre : porter des vêtements confortables et pratiques.

Le phénomène garçonne, né de l'émancipation des femmes et d'une revendication pour l'égalité des sexes, reflète une mutation culturelle des années 20 dans la représentation du genre féminin.

La “coupe à la garçonne” se caractérise par des cheveux coupés très courts comme un garçon. Cette coiffure, tout comme le port du pantalon par les femmes font scandale mais, elle a marqué les esprits et traversé les époques. L’image de la femme qui fume (des américaines) se banalise.

la cigarette - Henri Lebasque 1921

Louise Brooks actrice américaine                                        

La coupe garçonne

LIEUX DU 15e

 LE THEATRE DE GRENELLE, 55 RUE DE LA CROIX NIVERT

     1921 : L’avenir s’obscurcit … Au programme revues, drames épiques ou avant-garde audacieuse.

 

Inauguré en 1828, le théâtre de Grenelle était une salle de théâtre parisienne de 1100 places gérée par les frères Seveste. Du fait de la médiocrité de ses spectacles, le théâtre périclite rapidement, il ferme en 1929. Détruit, il est remplacé jusqu’en 1983 par le cinéma Le Palace en rez-de-chaussée.

2021 : à ce jour, le rez-de-chaussée sert de lieu de prière aux Ismaéliens (Fondation Aga Khan).

 

Le théâtre de Grenelle années 20    

55 rue de la Croix Nivert 2021 

 IMPRIMERIE NATIONALE

         1921 : l'Imprimerie nationale investit le 27 rue de la Convention.

L’Hôtel de Rohan n’est pas adapté aux nouvelles machines en usage dans les ateliers de l’Imprimerie nationale. En 1902, débute un programme de construction de nouveaux bâtiments, rue de la Convention. Les bâtiments sont prêts en 1912, mais la guerre reporte l’emménagement et c’est seulement en 1921 que le personnel intègre la rue de la Convention. En 2014, l’Imprimerie nationale quitte le 15e pour Flers en Escrebieux près de Douai. Le lieu réhabilité  abrite le ministère de l’Europe depuis 2009 , les grilles ont gardé le titre Imprimerie Nationale et le jardin la statue de Gutenberg..

L’Imprimerie nationale rue de la Convention  

                   Le ministère de l’Europe-Affaires étrangères 2021                                                                                             

 LE BAL NÈGRE, 33 RUE BLOMET

En 1924, un Martiniquais, Jean Rézard des Wouves, après avoir tenu des réunions électorales dans l’arrière-salle d’un café du 33 rue Blomet, créé un bal destiné à ses compatriotes. C’est bientôt le lieu de rendez-vous de toute la population antillaise et africaine, américaine de Paris qui deviendra très vite connu des artistes, peintres, poètes, écrivains… qui fréquentaient les cafés de Montparnasse. On y croise le poète surréaliste Robert Desnos, les peintres Pascin, Picasso, Mirò, Kisling, Foujita … Jacques Prévert, Cocteau, le sculpteur Calder, Man Ray, les romanciers Raymond Queneau, Paul Morand, et des artistes du music-hall Maurice Chevalier, Mistinguett, Joséphine Baker… et aussi Simone de Beauvoir, Boris Vian, Juliette Gréco …

Durant la Seconde Guerre mondiale, l’occupant interdit les activités du Bal Nègre, qui reprennent entre 1945 et 1962 mais sans retrouver ni l’aura, ni le succès d’antan.

Entre 2011 et 2017, le Bal Nègre est réinventé par Guillaume Cornut. Sous le nom de Bal Blomet il offre une programmation multiculturelle de grande qualité

http://www.balblomet.fr/

Le Bal de la rue Blomet – Sem

J Baker - Van Dongen  

Le Bal Nègre avant 2007

SQUARE DUPLEIX

       1921 : création du square Dupleix sur l’emplacement de la place Dupleix face à l’église Saint Léon.

Le square Dupleix abrite le kiosque à musique qui existait sur la place Dupleix avant la création du square. La place Dupleix a été créée en 1815 sur l’emplacement de la place de Grenelle. Son nom rend hommage à Joseph Dupleix (1697-1763), directeur général des comptoirs français en Inde.

  La place Dupleix 1921  

  Joseph Dupleix

Le square Dupleix 2021

PERSONNALITES

Paul-Auguste BARRUEL

     1921 : Barruel est Maire du 15e, il le sera de 1914 à 1931 et dès 1932, son nom a été donné à une rue du 15e, la rue Paul-Barruel.

 

Paul Barruel, 1841-1931, chimiste, industriel. De 1881-1893, il est Adjoint de Sextius Michel, Maire du 15e, puis en 1899, Adjoint d’Athanase Bassinet, Maire du 15e de 1906 à 1914.

Adolphe CHERIOUX, 1894-1934 et Jean CHERIOUX

     Années 1920 : démolition des Fortifications

De 1894 à sa mort en 1934, Adolphe Chérioux est élu du 15e arrondissement de Paris, siégeant au Conseil de Paris en tant que conseiller municipal du 15e. Il est Président du Conseil de Paris en 1908. Il fut également conseiller général de la Seine et président du Conseil Général.

En tant que président de la 3e commission à l’Hôtel de Ville, il fait œuvre d’urbaniste, dont les réalisations principales dans le 15e sont l’arasement des fortifications dans les années 1920,  le projet du parc des expositions, l’établissement de la ligne 12 du métro jusqu’à la porte de Versailles et. l’orphelinat départemental de Vitry-sur-Seine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il multiplie les actions en faveur de l’instruction et de l’enfance : dans les années 1920, fondation de l’orphelinat départemental de Vitry-sur-Seine, de La Protection Sociale de Vaugirard ? rue Falguière, créée en 1969, qui gère les activités de 11 établissements destinés à accueillir, éduquer et accompagner les adultes et adolescents en situation de handicap. Le Foyer d’Hébergement Marie-Josée Chérioux assure l’accueil, l’hébergement et l’accompagnement à temps complet de 27 adultes en situation de handicap.

Depuis 2016 , Joëlle Chérioux de Soultrait, ancienne élue du 15 préside l’association.

Années 1920 : démolition des Fortifications

Marguerite YOURCENAR

     1921 : Marguerite Yourcenar publie à 18 ans Le Jardin des chimères, son 1er livre, un livre de poésie sous le nom de Marg Yourcenar, librairie Académique Perrin.

 

 

 

 

 

 

 

 

Marguerite YOURCENAR, Marguerite Cleeweck de Crayencourt née à Bruxelles en 1903, décédée en 1987. 1ère femme élue à l’Académie Française en 1980.

Son 1er livre

La médiathèque Marguerite Yourcenar en 2021

SPORT

SIX JOURS DE PARIS AU VEL D’HIV - 1913-1989. Rue Nélaton à l’angle du boulevard de Grenelle

      1921 : après 2 années d’arrêt en 1914 et 1915, réouverture de la 3eme édition des 6 Jours de Paris. Georges Seres France vainqueur avec Oscar Egg Suisse.

Les Six Jours de Paris était la plus populaire des courses qui se déroulaient au Vel d’Hiv : des cyclistes par deux se relayaient alors nuits et jours dans une atmosphère surchauffée.

En 1926 commença l'élection de la « Reine des Six jours », chargée de donner le départ de la course, elles étaient choisies dans le milieu des artistes populaires à la mode : Lys Gauty, Édith Piaf, Yvette Horner, Annie Cordy…

 

Le Vel d’Hyv 

Georges Seres 1921  

Lys Gauty  Reine des 6 jours 1934

                                                                                                     

LE VÉLODROME DE VAUGIRARD, société de courses Pierre Besnoit, rue Olivier de Serres

Emplacement actuel de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Appliqués et Métiers d’Art.

Edifié en 1922 à l'angle Olivier-de-Serres/Robert-Lindet, cuvette en ciment de 181 m de longueur, et virages relevés à 45° pour favoriser la vitesse. Le directeur-fondateur en fut Pierre Benoist (également directeur du Parc des Princes et du Vel' d'Hiv'), qui fit venir à Vaugirard de grands noms du cyclisme, dont Charles Crupelandt (champion de France sur route en 1914). Le vélodrome offrit également des galas tauromachiques et des démonstrations canines. Il ferma ses portes à la fin des années 1950.

angle Olivier-de-Serres/Robert-Lindet, cuvette en ciment de 181 m

Charles Crupelandt

LE FOOT FEMININ

17 avril 1921 : En finale du 1er championnat de France féminin ouvert aux clubs de province, l'En Avant Paris s'impose 3-0 face aux Sportives de Reims. 18 équipes féminines parisiennes ont participé au Championnat.

1925 : le foot féminin est en crise. « Le jeu ne vaut rien », Gabriel Hanot. Le public boude les stades. Henri Desgrange (L'Auto) est plus radical encore : « Que les jeunes filles fassent du sport entre elles, dans un terrain rigoureusement clos, inaccessible au public : oui d'accord. Mais qu'elles se donnent en spectacle, à certains jours de fêtes, où sera convié le public, qu'elles osent même courir après un ballon dans une prairie qui n'est pas entourée de murs épais, voilà qui est intolérable ! ».

1937 : dernière édition du championnat de Paris. 27 mars 1941 : le Gouvernement de Vichy « interdit vigoureusement » la pratique du football féminin. 29 mars 1970 : La Fédération Française de Foot reconnaît le football féminin tombé en désuétude en France depuis les années 1930.

Foot féminin années 1920                                    

                           Club de foot féminin En Avant Paris championnes de France en 1921